Biographie

Madam C.J. Walker, première millionnaire afro-américaine

Spread the love

Pour l’article d’aujourd’hui, j’ai voulu m’intéresser à la vie de Madam C.J. Walker, la première millionnaire afro-américain. Je l’ai découverte en regardant une série” Self Made” Netflix. Décidément, je leur fais beaucoup de pub hahahah…J’étais pris aux tripes par ce parcours parsemé d’embûches de cette femme qui est née de parents esclaves.

La vie de Madam C.J. Walker est passionnante, on y voit la vie d’une femme qui, à force de persévérance, passe de l’extrême pauvreté à impacter toute la communauté noire grâce à ses produits de beauté. Elle n’est pas seulement une entrepreneuse à succès mais aussi une philantrope qui voulait aider les femmes noires à sortir de leur situation de pauvreté. Il est temps de comprendre les mécanismes de ses succès.

Madam C.J. Walter, et ses débuts difficiles

De son vrai nom Sarah Breedlove, elle est née d’esclaves qui travaillaient dans les champs de coton au XIXème siècles. C’est la première de sa famille à être née libre. Tous les membres de sa familles sont nées esclaves. Malgré le fait qu’elle soit née libre, la vie n’est pas tendre avec elle. Elle perd ses parents à l’âge de 7 ans. Par conséquent, elle emménagea avec sa soeur et devient une servante. Abusée par son beau-frère et décida de se marier à l’âge de 14 pour échapper à la situation. Elle tomba enceinte de sa fille  A’Lelia et son mari meurt dans des conditions mystérieuses. Elle rejoint ses frères barber à Saint-Louis. N’ayant pas eu l’opportunité d’aller à l’école, elle subvient à l’éducation de sa fille en lavant les vêtements pour 1.50$

De vendeuse à femme d’affaire

Sarah a eu des problèmes de chutes de cheveux dans les années 30. C’est comme cela qu’elle rencontra Annie Malone. Elle devint une de ses agents pendant un an et demi. Netflix dressa un portrait pas très flatteur Annie Malone. On y voit une compétition très hollywoodienne entre les deux femmes. Je ne blâme pas les producteurs d’avoir embelli le film à leur façon. C’est eux qui m’ont permis de découvrir Madam C.J. Walker. Ceci dit Annie Malone a aussi beaucoup fait pour la communauté noire et, le colorisme entre les deux femmes n’existait pas. Le nom de C.J. Walker venait de son 3ème mariage avec un publicitaire. Elle s’installa à Denver pour y lancer sa société.

Madam C.J. Walker, une femme persévérante

Lorsque Madam C.J.Walker lança ses premiers produits, à l’âge de 37 ans, (il n’est jms trop tard pour se lancer!!!)nommés “Madam Walker’s Wonderful Hair Grower“, elle commença à faire du porte à porte pour faire des démonstrations, à l’église. C’est comme cela qu’elle commença à s’intéresser au marketing et à la vente. C’est grâce à ses techniques de ventes agressives qu’elle parvient à devenir millionnaire sans avoir hérité ou encore par mariage. Ces paroles les plus célèbres ont été :“Je suis une femme venue des champs de coton du Sud. De là, j’ai été promu à la baignoire. De là, j’ai été promu cuisinier en cuisine. Et à partir de là, je me suis promu dans le secteur de la fabrication de produits et de préparations capillaires. J’ai construit ma propre usine sur mon propre terrain”

Ceux qui ont aimé cet article ont aussi aimé: Steve Jobs, un entrepreneur différent

Madam C.J. Walker, la reine du marketing

Au delà de la tenacité de Madam C.J. Walker, ce sont ces techniques de marketing qui ont contribué à la réussite de ses produits. Elle adopte le mot “madam”(pour sa connotation française) pour se distinguer et se valoriser. À l’époque, on référait les noirs comme “Tante” ou ” Oncle”.

C’est aussi une des premières à avoir mis son visage sur les produits avec un avant/ après. Elle a aussi formé des vendeuses pour sa marque leur permettant d’avoir des revenues et profité des journaux indépendants noirs pour faire la publicité pour ces produits.

Les salons avec des soins capillaires commencent à ouvrir dans les grandes villes. Elle a aussi transformé ses clientes en vendeuses puis qu’un système de commission avait été mis en place. Ces produits ont été vendu au delà des frontières des Etats-Unis aux Caraïbes et en Amérique Latine

C’est ainsi qu’est née la première gamme de cosmétiques pour les noirs aux États-Unis.

Madam C.J. Walker et la communauté noire:

Madam C.J. était très impliquée dans la communauté noire. Il est dit que les centres de formation de Madam C.J. Walker aurait formé plus de 20.000 femmes noires. Le rêve ne s’arrête pas là puisqu’elle ouvra une usine avec une centaine d’employés. Elle avait pris position face aux lynchages que subissaient les noirs. Elle a fait de nombreuses donations pour aider la communauté noire. Il y avait une vraie volonté de sa part à élever la communauté noire de la pauvreté

Pour se rapprocher de sa fille, Madam C.J. Walker acheta une villa dans les quartiers chics de New-York. Elle décéda à l’âge de 51 ans suite à un problème de rein. C’est sa fille qui a repris les rennes de l’entreprise

Conclusion :

La vie Madam C.J Walker est un véritable rêve américain. Tous les ingrédients y sont: partie de rien avec pour arme la persévérance et la volonté de réussir. L’entreprise a cessé toute activité en 1981. Cependant Sephora a décidé de relancer la marque.

Crédits : Photo by James Coleman on Unsplash

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à aimer et partager cet article : Madam C.J. Walker, première millionnaire afro-américaine

You may also like

Leave a Reply