Livres

“L’obstacle est le chemin” de Ryan Holiday

Spread the love

Pour ce premier résumé, je vous présente un résumé livre de Ryan Holiday “L’obstacle est le chemin”. J’ai connu cet auteur en écoutant Tim Ferriss en podcast et, j’avoue que son analyse de la philosophie stoïcienne dans nos vies modernes est super intéressante. En tous les cas, les réflexions de cet auteur m’ont aidé à améliorer mon quotidien. On a toujours l’impression de faire face à des enjeux insurmontables dans notre vie si moderne. Au final, d’autres avant nous ont, eux aussi, des expériences dans lesquelles nous pouvons trouver des solutions ou encore des inspirations. C’est ce que Ryan Holiday fait à travers son livre” L’obstacle est le chemin”

Le livre se compose de 3 parties : la perception, l’action et la volonté qui, selon l’auteur, aident à vaincre les obstacles. Dans ce résumé, je donnerai plus de détails sur chacunes de ces étapes.

Partie 1: La perception

L’auteur commence cette partie du livre en faisant une définition de la perception: “comment nous percevons et comprenons ce qui arrive autour de nous -nous décidons du sens de ces évènements”

Sa définition s’illustre avec l’histoire de John Davison Rockefeller qui était connu pour son auto-discipline et son sang froid. Il a développé d’autres qualités notamment telles que de voir une opportunité dans chaque désastre. En moins de 20 ans, Rockefeller a contrôlé 90% du marché du pétrole au XIXème siècle malgré les crises. L’auteur nous rappelle la fameuse phrase de Warren Buffet :” Soyez effrayés lorsque les autres sont avides et soyez avides lorsque les autres sont effrayés”

Que les obstacles que nous traversons soient justes ou injustes, il y a 3 choses qui sont importantes :

  • 1)comment on les voit
  • 2)comment on réagit à la situation
  • 3) comment on garde notre sang froid ou encore mieux comment embrasser la situation

Cet ouvrage nous démontre qu’on choisit le sentiment qu’on veut donner à une situation délicate, et on peut tout à fait un angle totalement rationnel à une situation tout comme l’a fait Rockefeller en s’appuyant sur la logique et l’autodiscipline

Quelques astuces sont dévoilées pour surmonter une situation telles que:

  • être objectif(ve)
  • être en contrôle de ses émotions
  • voir le bon côté de la situation
  • calmer ses nerfs
  • se focaliser sur ce qu’on peut contrôler
  • renvenir au moment présent
  • ignorer ce qui perturbe ou limite les autres

Dans chaque situation difficile, nous avons du pouvoir. Et, l’histoire de Rubin “Hurricane” Carter qui fut emprisonné pour un triple meurtres est un bon exemple. Ayant toujours clamé son innocence, Rubin a fait de la prison. Il a refusé de se comporter comme un prisonnier et a dédié ce temps enfermer pour se défendre et rétablir la vérité. Par ces actions, Rubin nous prouve que nous ne sommes jamais impuissants dans la vie. On choisit de voir une certaine perception. Comme le disait Shakespeare : ” Rien n’est bon ou mauvais, mais le fait de penser y contribue”

Dans cette partie, l’auteur nous mentionne qu’il y a toujours un moyen, toujours une sortie dans une situation de crise. Ceci dit, il met l’accent sur la difficulté de la tâche. Surmonter un obstacle peut s’effectuer par un contrôle de ses émotions ce que les Grecs nommaient “apatheia”. L’auteur donne pour définition “une sorte d’équanimité qui vient avec l’absence d’irrationnel ou d’émotion extrême” La logique est une stratégie remarquable face aux émotions.

Par ailleurs, ce sont les perceptions qui sont les problèmes. Ce sont dans ces moments-là qu’on a besoin de clarté plus que de la compassion. C’est comme cela qu’on peut avoir une autre perspective, un autre angle d’approche. Le but n’étant d’ignorer la peur mais de l’expliquer.

Se concentrer uniquement sur ce que nous pouvons faire, améliore considérablement notre pouvoir. Il y a toujours du bien dans une situation négative, il faut y trouver des opportunités. Surmonter les obstacles nous rend plus vigilants, changent les enjeux, nous améliorent, nous poussent à prouver le contraire…

Il ne suffit pas de voir les choses différemment mais aussi de prendre acte

Si vous avez aimé ce post vous allez aussi aimé celui : Pourquoi pratiquer du yoga dans votre vie

Partie 2: Action

Cette partie commence avec l’histoire de Démosthène. Ce grand orateur d’Athènes fut dépouillé de son héritage, et pourtant il a su renverser la vapeur. Il s’est concentré sur son seul objectif à savoir récupérer ce qu’il lui a été pris. Sa devise était:” Action, Action et Action”. Il devint un des plus grands orateurs d’Athènes. Ce qu’on apprend en réfléchissant à l’histoire de Démosthène c’est que ce n’est pas important ce qui nous arrive mais qu’est-ce qu’on peut faire avec ce que nous avons. Seuls l’enthousiasme et la créativité comptent vraiment.

L’auteur, effectivement, conçoit que nous sommes parfois effrayés d’agir par manque d’expériences ou parce que ce n’est pas comme cela que nous voyons les choses. Ceci dit, dans ce mode de pensée, rien ne se passe. Il n’y aucun résultat! La persévérance est amenée par l’action. Il cite Épictète : “Persiste et Résiste” Il reconnaît, toutefois, que ce n’est pas facile mais c’est supposer être le cas!

On arrive au concept d'”échec” et comment échouer devient un atout. Le MVP (Minimum Viable Product) est un processus que les start-up de la Sillicon Valley utilisent pour savoir si un produit(avec un minimum investissement) peut être viable et aussi analyser les réactions du marché. Il n’y a de honte dans l’échec au contraire cela laisse un espace pour progresser et s’améliorer. L’auteur déclare qu’échouer peut être une bonne chose.

Cependant, il faut suivre le processus, et se focaliser sur la tâche donnée chaque jour au lieu de penser à la situation dans son ensemble surtout quand les choses paraissent complexes. Décortiquer la situation en petits morceaux, et faites ce qu’il y a faire maintenant au lieu de penser au problème dans son intégralité.

De plus, chaque action que nous prenons doit être exécuté du mieux que nous pouvons tout comme Steve Jobs l’avait fait pour l’intérieur des ordinateurs Apple. Effectivement, le jeune Steve a été influencé par son père, Paul Jobs, qui avait pour habitude de donner la même importance à l’aspect extérieur de ses meubles que l’aspect intérieur. C’est ce que l’entrepreneur exigea sur les machines Apple qu’elles aient un esthétisme parfait en extérieur et en intérieur même si cette dernière n’est pas visiblement pour les clients.

Mais, est ce que l’action est toujours nécessaire? Plusieurs fois, dans l’histoire, des grands hommes ont retourné les obstacles vers eux même. C’est le cas de Gandhi qui a mené la bataille de l’indépendance de l’Inde face à l’empire britannique. Il a imposé le concept de non-violence qui a poussé le grand empire britannique à se retirer. C’est aussi le cas de Toussaint Louverture pour Haïti concernant l’esclavage.

La crise nous donne l’opportunité de nous surpasser et de faire des choses que nous aurions pas fait autrement. Les gens qui ont du succès tournent toutes les tragédies à leurs avantages.

Partie 3: La volonté

La définition de la volonté c’est un pouvoir interne qui ne peut pas être affecté par le monde extérieur.

Le leadership exige, selon l’auteur, de la détermination et de l’énergie. Il admet que la perception et l’action sont des disciplines de l’esprit et du corps alors que la volonté est celle de la tête et de l’esprit. C’est bien la seule que l’on puisse contrôler entièrement. Elle englobe la maxime grecque ” Sustine et abstine” ( “Supporte et abstiens-toi”)

Bien entendu, il y a la notion d’une citadelle intérieur qu’aucun élément extérieur ne peut perturber. L’auteur fait référence au président Théodore Roosevelt et sa vie rythmée par de nombreux fléaux. Il a souffert d’un asthme sévère étant jeune, puis plus tard il a perdu sa femme et sa mère, des tentatives d’assassinat… Théodore Roosevelt a su gérer cette vie plein de rebondissements grâce à sa détermination.

Bien entendu, il faut savoir anticiper les choses également et penser ce qui peut aller de travers. Avec de l’anticipation, nous pouvons élever nos défenses face aux challenges voire les éviter. Ceci dit, l’auteur nous rappelle d’embrasser toutes les difficultés qui croisent notre chemin en prenant exemple sur la réaction d’Edison qui était plutôt de repartir à zéro lorsque son laboratoire d’expériences avait brûlé.

Ce qui nous arrive n’est pas en rien spécial ou injuste ce sont des choses qui arrivent. Il faut se souvenir que nous ne sommes pas éternels et la mort donne un sens à notre vie plutôt que le contraire

La vie ce n’est pas de vaincre un obstacle pour un chemin sans embûches. Il y en aura toujours plus et des plus grands à gérer.

Conclusion:

L’auteur finit ce livre en nous disant que nous sommes meilleurs sous la pression, nous transformons pour une meilleure version de nous-même, en tant que leaders et comme penseurs. Nos actions nous redonnent confiance en nous.

C’est un des livres que j’ai adoré lire, truffés d’anecdotes plus inspirantes les unes que les autres pour nous pousser à aller plus loin dans notre démarche, pour nous aider à mieux supporter la pression, de la voir comme une bénédiction plus qu’un malheur. Il n’y a pas que des faits mais des véritables stratégies que le stoïcisme, un philosophie si ancienne, qui fait toutes ses preuves à travers les siècles et qui valent encore le coup d’être appliqués aujourd’hui

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à aimer et partager cet article : L’obstacle est le chemin, de Ryan Holiday

Crédits photo :Photo by Brendan Church on UnsplashEthan Elisara on Unsplash,

 SwapnIl Dwivedi on Unsplash

You may also like

Leave a Reply